Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
8 août 2015 6 08 /08 /août /2015 22:45

J'avais d'abord pris l'habitude de prendre en photo la vue depuis ma fenêtre, parce que je la trouvais jolie. Puis, j'ai réalisé que ces images m'inspiraient parfois des textes (bons ou mauvais, mais des textes quand même).

Encore plus tard, arc-en-ciel oblige, j'ai commencé à prendre en photo la vue depuis les fenêtres des autres, images ensuite classées dans un dossier secrètement intitulé "from your window, dear friends".

Par manque de temps, je n'ai pas pu les publier plus tôt, mais en voilà maintenant quelques-unes. Peut-être certain/e/s d'entre-vous reconnaîtront-ils la vue...

 

 

Depuis les fenêtres des autres

Pour commencer son écrit, hésiter entre

« Pourquoi ces couleurs bizarres sur la photo »

et

« Pourquoi ces constructions humaines viennent gâcher le coucher de soleil ».

Ne pas réussir à choisir.

Décider de ne rien écrire.

 

~~~

 

Depuis les fenêtres des autres

Dans les grues, un arc-en-ciel s'est accroché.

Peut-être tombait-il et l'ont-elles rattrapé.

Peut-être s'élevait-il et l'en ont-elles empêché.

Dans les grues, un arc-en-ciel s'est empêtré

Y aura-t-il quelqu'un pour l'en démêler ?

 

~~~

 

Depuis les fenêtres des autres

Ce matin, deux nuages croisent le fer

Pendant qu'il est encore chaud ?

Pourquoi cette querelle ?

Ah non, c'est « battre »...

Pour le sourire timide d'une aube rosée ?

« Battre le fer tant qu'il est chaud »

Pour s'approprier un pont ?

« De l'eau a passé sous les ponts », ça, ça va.

Qu'est-ce qui pousse un nuage à en combattre un autre ?

Du vent !

Quels sont leurs sujets de discorde ?

La pluie et le beau temps

Ou peut-être n'est-ce qu'un jeu ?

Tu ?

Ils s'étirent, s'élancent, se lancent des

La

réflexions.

réflexion ?

 

~~~

 

Depuis les fenêtres des autres

Si la ville était mon esprit,

je n'aurais pas le droit

de penser par ici.

 

~~~

 

Depuis les fenêtres des autres

Un abri-bus de nuit.

Juste une pensée :

Où sont les fantômes ?

 

Puis une deuxième voix :

Pourquoi y en aurait-il ?

Ce n'est qu'un abri-bus

dans la lumière d'un lampadaire.

 

Puis un murmure :

Et pourquoi pas ?

Pourquoi pas de fantômes

dans la lumière du lampadaire ?

 

Puis un petit rire narquois :

Dites-donc,

on est combien à penser en même temps ?

 

Puis un regard en soi.

Les fantômes,

ne seraient-ils pas plutôt là... ?

Partager cet article
Repost0
25 février 2015 3 25 /02 /février /2015 15:49

C'est une fenêtre pas bien grande, pas bien large,

coincée au fond du mur.

En bas, une cour, pas bien grande, pas bien large,

toute pavée.

Deuxième étage, vue pas bien grande, pas bien large,

de maisons enserrée.

 

Mais, plus loin...

 

Abbatiale

9 février 2014

9 février 2014

Abbatiale qui accroche le soleil

et en fait des clins d’œil

                  amusés

à ma fenêtre

                  mal éclairée. 

                            

 

 

Abbatiale au coucher

derrière des fils

                     emprisonnée

dans une toile

                     désertée.

                                

 

 

Abbatiale aux deux horloges

Quel leurre est-il ?

                      Tromp'heure

Qui se déguise

                      en l'autre ?

                                  

 

 

Abbatiale.

 

Mais plus près...

 

Toits sous ciel d'orage

instant suspendu en sentant

                  la pluie

les antennes

                  murmurent.

19 septembre 2014

19 septembre 2014

Ils se connaissent

et l'un attend

                   l'autre

ou ne se connaissent pas

                   et s'ignorent.

                             

 

 

C'est une fenêtre pas bien grande, pas bien large,

coincée au fond du mur.

En bas, une cour, pas bien grande, pas bien large,

toute pavée.

Deuxième étage, vue pas bien grande, pas bien large,

de maisons enserrée.

 

Mais, toujours, à la fenêtre

le chat

          guette.

          

 

Les fenêtres d'avant, et les fenêtres des autres.

Partager cet article
Repost0
8 janvier 2014 3 08 /01 /janvier /2014 20:28

 

Il est apparu ce matin, sans prévenir,

parce que j'étais un peu en avance,

parce que le soleil levant faisait briller la fenêtre,

parce qu'il y avait de la buée sur les carreaux,

parce que parce que parce que...

 

Il est apparu, aussi raté que ceux que je pouvais faire, avant.

Avant quoi ?

« Avant », c'est tout.

Il me rappelle cette récitation d'école 

Le petit bonhomme sur le carreau*.

Il me rappelle ces illusions d'enfants

qui finissent par s'éteindre si l'on n'en prend pas soin,

comme un feu de cheminée que personne n'entretient,

comme une bougie que l'on souffle quand l'électricité revient.

La petite souris prise dans une tapette

ou agonisante de mort-aux-rats,

le père noël cramé dans un poêle à bois,

le lapin de pâques bouffé à la moutarde.

Les animaux deviennent muets,

les peluches ne sont plus que d'encombrants nids de poussière,

la cabane dans la chambre se résume à de vieux draps

tendus entre l'armoire et la commode.

Sur un carreau plein de buée, sur un pare-brise enneigé,

à quel âge remplace-t-on le petit bonhomme

par des symboles obscènes

ou des mots stupides ? Et... pourquoi ?...

Et celui-là, sorti de nulle part,

où ira-t-il quand la pièce se réchauffera

et que la buée disparaîtra ?

Existe-t-il un lieu pour tous les bonshommes éphémères,

qu'ils soient de buée, de neige, d'épices ou Hiver ?

 

Il est apparu ce matin, sans prévenir...

parce que j'étais un peu en avance...

8 janvier 2014

8 janvier 2014

*Les petits bonshommes sur le carreau, Isabelle Simon & Olivier Douzou.

Partager cet article
Repost0
21 décembre 2013 6 21 /12 /décembre /2013 17:38

Actes I et II

***

 

Nous sommes deux à nous partager la fenêtre,

tantôt nous y croisant, tantôt nous y rejoignant

la plupart du temps en silence.

Elle guette, j'observe,

elle s'agite, j'attends,

mais nos regards ne s'arrêtent presque jamais aux mêmes détails...

Que sent-elle, qu'entend-elle ?

Qu'est-ce qui attire les yeux des chats ?

Que devine-t-elle que j'ignore ?

 

 

***

 

18 septembre 2013

18 septembre 2013

De ma fenêtre

je vois une brèche s'ouvrir entre les mondes

entre le monde gris et le monde bleu et blanc

entre le monde nuit et le monde jour

monde terre-à-terre, monde imaginaire :

C'est où, "ailleurs" ? C'est comment, "autrement" ?

8 novembre 2013

8 novembre 2013

***

 

Quand il est d'humeur taquine

le soleil lance une, deux, trois blagues 

toutes plus déplacées les unes que les autres.

Sa grivoiserie fait rosir tout le paysage alentour.

Et il en est fier...

19 septembre 2013

19 septembre 2013

***

 

Certains jours

la fenêtre s'ouvre sur les méandres d'un esprit embrouillé.

Enfumé par des vapeurs d'alcool et de fête ?

Troublé par des choix à faire, des décisions à prendre ?

Embrumé par des maux qui empêchent de penser ?

Encore perdu dans un rêve qui s'accroche après la nuit ?

21 septembre 2013

21 septembre 2013

***

 

Parfois

les nuages se décrochent du ciel et tombent sans se faire mal. 

Ils rient de leur maladresse

sans prêter attention aux regards blasés de la terre.

Ensuite, paresseusement, il leur faut remonter. 

21 septembre 2013

21 septembre 2013

***

 

 

La fenêtre donne sur un arbre capable de hisser le soleil à bout de branches,

toujours plus haut, jusqu'à s'en faire une couronne de lumière. 

Ainsi paré, il s'imagine que même le ciel l'envie.

Mais trop occupé à se pavaner, il finit toujours

par laisser le soleil lui échapper.

18 octobre 2013

18 octobre 2013

***

 

En blanc sur noir

l'hiver trace ses messages.

Que signifient-ils ? A qui s'adressent-ils ? 

En noir sur blanc

animaux et humains écrivent

leurs pas, leur chemin, leurs hésitations et leurs décisions.

 

***

 

Quelqu'un a trempé un pinceau dans le ciel

des courbes s'en sont échappées,

des courbes dans lequelles on peut plonger,

des courbes avec lesquelles on peut voler. 

Il suffit d'ouvrir la fenêtre et de laisser l'esprit vagabonder.

28 novembre 2013

28 novembre 2013

La fenêtre se ferme. D'autres mains la rouvriront.

Le volet se baisse. Une autre personne le remontera.

La lumière s'éteint, la clé tourne dans la serrure, une dernière fois.

 

Promesses de nouveaux paysages...

Partager cet article
Repost0
7 septembre 2013 6 07 /09 /septembre /2013 18:10
17 septembre 2012

17 septembre 2012

Pour ceux qui auraient manqué l'acte I, c'est ici. Une année s'est écoulée depuis, année durant laquelle j'ai continué de prendre des photos avec mon vieil appareil à l'écran toujours aussi sale. Pas de surprise côté paysage : c'est toujours exactement le même. Si j'avais habité sur la face ouest de l'immeuble, j'aurais pu faire une série sur l'avancée des travaux du tram'. Mais comme ce n'est pas le cas, il faudra se contenter de ces bons vieux levers de soleil.

 

Il y a les timides, ceux qui osent à peine pointer le bout de leurs rayons. La colline pour coulisse, ils tentent de gérer leur trac, jettent des regards inquiets derrière le rideau, jusqu'à ce que la nécessité de leur apparition les pousse subitement en avant-scène.

5 septembre 2012

5 septembre 2012

Il y a les impatients, ceux qui ne veulent pas attendre leur tour. Ils ne se préoccupent pas des répliques de la nuit, des nuages ou de la brume. Ils débarquent soudainement et coupent la parole. Il n'y a pas de mauvaise intention, juste un empressement mal contenu. Alors la nuit oublie son texte, la brume tente de le lui souffler, les nuages ne sont plus certains de leurs déplacements... Et le soleil fait éclater au grand jour cet embrouillamini de gris pas tout à fait gris et de rose embarrassé. 

11 octobre 2012

11 octobre 2012

11 octobre bis

11 octobre bis

Il y a les perfectionnistes, ceux qui connaissent la musique, les pas, leur texte et celui des autres. Ils apparaissent pile au bon moment, celui où ils produiront le plus bel effet. La réplique, pourtant récitée depuis des années, est lancée avec autant d'emphase que s'il s'agissait de la première représentation.

22 décembre 2012

22 décembre 2012

Et puis il y en a toujours un ou deux, trop sûrs d'eux, prêts à n'importe quoi pour épater la galerie. Ils veulent bien faire, ils y mettent toute leur énergie. Mais, pas toujours maîtrisé, le jeu est parfois légèrement fouillis, un peu flou. Qu'importe ! La lumière éclate en un tourbillon qui ravit le spectateur.

8 novembre 2012

8 novembre 2012

Enfin, il y a les oubliés, les petits rôles qui paraissent sans importance mais sans qui la pièce perd de sa profondeur : la nuit, qui n'a que quelques répliques (mais que serait un lever de soleil s'il n'était précédé de la nuit ?), les étoiles, les lumières aux fenêtres des bâtiments, les flocons. Autant de figurants qui préparent silencieusement l'arrivée du premier rôle.

7 février 2013

7 février 2013

Et le public, aux premières loges...​​​​​​​

Un an depuis ma fenêtre : Besançon (Planoise) - acte II
Un an depuis ma fenêtre : Besançon (Planoise) - acte II
Partager cet article
Repost0
25 septembre 2012 2 25 /09 /septembre /2012 18:04
Planoise - 27 août 2012

Planoise - 27 août 2012

Bon, on se doute bien que je n'ai pas passé 24h/24 à ma fenêtre pendant 365 jours. Mais disons que ça fait un an que j'ai emménagé à Planoise (Besançon, France). Ok, peut-être pas un an JOUR pour JOUR, mais à peu près quoi.

 

Alors pour tout dire, mon appartement est orienté à l'est, ce qui m'a valu de très beaux levés de soleil. Et, un coup de temps en temps, j'ai eu le réflexe de prendre l'appareil photo. Alors lui, l'appareil, c'est pas de la haute qualité : genre dans les premiers prix d'il y a 5 ans, c'est pour dire. En plus son écran est dégueulasse. Mais bon, on fait avec les moyens du bord.

 

 

Au final, ce sont toujours les mêmes barres d'immeubles, la même tour, les mêmes collines et le même peuplier qui vont revenir à peu près à chaque fois, avec simplement des couleurs différentes...

5 novembre 2011

5 novembre 2011

Comment trier ces photos ? Du point de vue de la thématique ? De l'esthétisme (alors là, c'était raté d'avance !) ? Elles sont bêtement restées dans l'ordre chronologique, alors après l'hiver viendra le printemps.

18 janvier 2012

18 janvier 2012

3 février 2012

3 février 2012

19 février 2012

19 février 2012

19 avril 2012

19 avril 2012

27 mai 2012

27 mai 2012

Par contre, il ne faudrait pas croire qu'il ne pleut jamais. C'est juste que dans ces cas-là, le réflexe "photo" n'intervient pas. OU les photos sont particulièrement ratées.

5 juillet 2012

5 juillet 2012

5 juillet 2012 bis

5 juillet 2012 bis

27 août 2012

27 août 2012

27 août 2012 bis

27 août 2012 bis

Ma petite frustration est d'avoir manqué deux arcs-en-ciel, des envolées de corneilles et les couleurs d'automne. Peut-être que je pourrai rattraper le coup cette année...

Pour le savoir, c'est ici : acte II

Partager cet article
Repost0

Présentation

  • : La Ultima Vaca
  • : La Ultima Vaca est classée dans la catégorie "Divers", parce que la catégorie "littérature / film / actu / et-surtout-je-raconte-ma-vie" n'existe pas (encore).
  • Contact

Lorsque tu empruntes une route, tu peux toujours faire demi-tour. Tu as beau faire des centaines de kilomètres, tu peux toujours revenir en arrière.

La route hors du monde - partie 3 - Au bout du chemin

Recherche

Liens