Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
27 avril 2017 4 27 /04 /avril /2017 14:23

Et parce qu’il faut toujours préciser la signification d’un sigle la première fois qu’on l’utilise : GTJ, c’est la Grande Traversée du Jura. Environ 400 km de chemin depuis Mandeure (à côté de Montbéliard, au nord-est de Besançon, pas loin de la Suisse, bref, si vous ne savez pas où c’est, vous chercherez sur une carte) depuis Mandeure, donc, jusqu’à Culoz (pareil). 400 bornes à pinces à travers le massif jurassien. Je ne sais plus quand j’ai eu connaissance de ce GR (chemin de Grande Randonnée), sûrement peu de temps après le retour du GR3. A l’époque, j’habitais Besançon, et je me suis dit : « c’est dommage d’avoir un GR juste à côté de chez soi et de ne pas le faire ». Résultat, je suis partie de Besançon sans avoir mis un pied sur la GTJ. Et maintenant que je suis à Dijon (un peu plus loin sur la carte), j’me lance. Vieux motard que j’aimais, comme dirait la cousine.

 

25 mars : étape 1 : Mandeure - Chamesol

 

Nous étions tout un groupe pour ces 2 premières étapes : 5 humains et 2 chiens (Léon et Comète, les deux chiens, même si ce détail n’a pas d’importance particulière). L’idée était de se retrouver à Mandeure, d’aller porter une voiture à Montécheroux où nous avions loué un gîte, puis de retourner à Mandeure, toujours en voiture, pour démarrer la rando. 24 km prévus pour ce premier jour.

Mais le matin-même, un premier changement de programme intervient : il est proposé de laisser une voiture à Mandeure et de partir à pied directement depuis Montécheroux. C’est sûr, ça évite un trajet en bagnole. Mais je préviens : en faisant Montécheroux-Mandeure au lieu de Mandeure-Montécheroux, les instructions de mon super topoguide seront à l’envers. Tant pis, se dit-on, nous ferons confiance aux balisages.

Nous partons donc de Montécheroux (hors GR), rejoignons la GTJ vers Chamesol 2 km plus loin, et c’est parti ! Il ne pleut pas, mais y’a du vent et il caille. Heureusement, nous nous retrouvons rapidement dans la forêt, abrités, et une petite montée (rien de méchant) nous réchauffe. Ensuite, on a de la chance, il fait beau. Nous croisons la cabane des douaniers, continuons dans la forêt, le balisage est nickel, même pas besoin de regarder la carte ou lire les instructions, de toutes façon, elles sont à l’envers les instructions. Nous passons le Fort du Lomont et le Fort des Roches.

 

Sur les coups de midi (ou un peu plus tard, bref, quand on fait la pause pour manger), on se demande quand même où on est en. Vérification de la carte. Un truc semble bizarre. Lecture des instructions à l’envers. Un vrai doute s’insinue. Recherche de notre position via les gps des téléphones (pour celles qui en ont, ceux de Carole et moins étant trop vieux pour ça). Et là BIM. On n’est pas DU TOUT où il faudrait. Trop près de la Suisse. Re-BIM illumination : on comprend qu’on n’est pas sur le bon GR ! C’est ça, de suivre aveuglément les balisages, quand y’a un croisement de GR, on continue de suivre les traits rouges et blancs sans se rendre compte que ce ne sont plus les nôtres. En vrai, on n’a jamais passé les Forts précédemment cités.

Faire demi-tour, c’est naze (on a marché longtemps sur le mauvais chemin, en plus !), rejoindre la GTJ par les routes, c’est naze aussi. Alors nous suivons l’appli rando du téléphone d’Emilie, qui nous montre les sentiers pédestres. Abandonnant le GR Tour du pays de Montbéliard, nous nous retrouvons sur un PR (sentier de Petite Randonnée) bleu. On est toujours dans la forêt, c’est très mignon. Mais force est de constater qu’en suivant ce chemin, nous continuons de nous éloigner de la GTJ. Nous mettons un certain temps à comprendre que l’appli rando ne nous montre pas du tout les chemins pédestres. Le trait qu’on essaie de suivre sur l’écran depuis une demi-heure, c’est la délimitation de la commune (on se passe de commentaire sur un de nos plus beaux instants de nullité collective). Nous finissons par atterrir à Dannemarie, où nous nous résignons à demander notre chemin. Le mec fait une tête du genre « vous êtes pas rendus » et nous montre un sentier. Carole trouve qu’il a l’air joli (le chemin, pas le mec), et l’argument est suffisant pour que nous nous y engagions.

Comme promis par le premier homme, nous arrivons à Glay. Où, dans le doute, on redemande la direction à prendre. Mais la réponse de ce deuxième bonhomme ne nous satisfait pas. Nous trouvons un nouveau PR bleu qui va jusqu’à Thulay, et le suivons, une fois encore, aveuglément, croisant les doigts pour qu’il soit bien balisé.

Il l’est. De Thulay, nous reprenons le gps, qui nous ramène jusqu’à Mandeure.

Nous avons fait 6 km de plus que prévu, nous avons dû suivre la GTJ sur 4 km maxi, mais nous avons malgré tout relié Chamesol à Mandeure. Une première étape foireuse, donc, mais on apprendra de nos erreurs et on se concentrera mieux que ça pour la suite.

Reprenant la voiture laissée à Mandeure, nous regagnons Montécheroux.

Au gîte, nous sommes très bien accueillis par Mme Huguenin-Richard, qui a gentiment accepté que nous débarquions avec les deux chiens. Crevés, nous mangeons, et nous nous couchons.

Bilan : 30 km de marche ; équivalent GTJ (si nous avions suivi le véritable itinéraire) : 22 km + 2 hors GR pour gagner le gîte.

 

26 mars : étape 2 : Chamesol – St Hippolyte

 

Le lendemain matin est difficile pour certain/e/s d’entre-nous, tandis que d’autres sont en pleine forme. Ce qui était prévu pour ce deuxième jour, c’était 15 gentils kilomètres ralliant Chamesol à Courtefontaine. Mais avec les courbatures et les ampoules récoltées la veille, il nous faut revoir la distance. Dans le gîte, il y a des prospectus qui proposent des PR autour de St Hippolyte, de distances et niveaux variés. Nous choisissons un modeste 10 km. Ainsi, à mon grand regret, nous laissons de côté la GTJ. A mon grand regret, parce que j’étais un petit peu venue là pour ça, mais il faut savoir s’adapter aux circonstances. Et d’ailleurs, le PR bleu est très joli.

Nous montons au-dessus de St Hippolyte, un petit dénivelé qui réchauffe les muscles. Céline et Emilie trichent un peu en se faisant traîner par les chiens, ou, devrais-dire : Emilie se fait traîner par Comète tandis que Céline vole derrière un Léon pas fatigué pour deux sous qui fonce comme un boulet de canon.

GTJ épisode 1 : Mandeure – St Hippolyte

Suivant notre balisage bleu, nous atterrissons finalement non loin de… Chamesol ! Et suivons la GTJ pour revenir sur St Hippolyte. Ou du moins la suivons-nous un temps, jusqu’à ce que notre balisage bleu s’en écarte, à ma grande surprise. Mais bon, nous suivons notre couleur sans nous poser de question.

On aurait dû.

L’erreur de la veille n’aura pas été une leçon suffisante : nous nous sommes engagés sur une autre rando bleue qui croisait la nôtre. Il nous faut plus de 2 km pour nous en rendre compte. En fait, Céline s’en rend compte au moment où les traits bleus ont complètement disparu du paysage, et qu’elle ne sait plus où aller (nous autres suivions bêtement sans faire attention, comme d'hab'). Agacés, découragés ou amusés (selon le degré de fatigue et de courbature de chacun) nous faisons demi-tour, retrouvons la GTJ et descendons sur St Hippolyte.

Vue sur St Hippolyte

Vue sur St Hippolyte

Nous aurons fait 15 km au lieu de 10. On mange tranquille, à 3h de l’après-midi, sur une table de pique-nique à côté d’un banc de petits vieux qu’on écoute l’air de rien, en souriant de leurs discussions. Ensuite, on reprend nos voitures et on rentre chez nous.

Bilan journée : 15 km ; équivalent GTJ : 5 km

Bilan épisode : 45 km de marche… 27 km sur la GTJ. On fera mieux la prochaine fois !

 

Et "la prochaine fois", elle est écrite ici

Partager cet article
Repost0

commentaires

Présentation

  • : La Ultima Vaca
  • : La Ultima Vaca est classée dans la catégorie "Divers", parce que la catégorie "littérature / film / actu / et-surtout-je-raconte-ma-vie" n'existe pas (encore).
  • Contact

Lorsque tu empruntes une route, tu peux toujours faire demi-tour. Tu as beau faire des centaines de kilomètres, tu peux toujours revenir en arrière.

La route hors du monde - partie 3 - Au bout du chemin

Recherche

Liens